Style haussmannien : 9 caractéristiques des appartements parisiens de style haussmannien

Facebook
Twitter
LinkedIn
Sommaire

Histoire du baron Haussmann

 

La magie de Paris et de ses intérieurs n’a pas été laissée au bon goût de ses habitants, par hasard, c’était bien un projet planifié et intentionnel pour la ville. Aujourd’hui, même si la rénovation d’appartement Haussmannien peut être un travail laborieux, nous nous pâmons devant l’opulence, l’élégance et l’intemporalité de leurs créations. En réalité, ceux-ci ont été construits grâce à la vision d’un fonctionnaire : le baron Georges-Eugène Haussmann.

Avant d’entrer dans les 9 caractéristiques des appartements parisiens de style Haussmann (vous connaissez le type, ils sont probablement dans chacun de vos tableaux d’intérêt), expliquons d’abord qui était le Baron Haussmann et pourquoi il était si important. Pour en savoir plus, lisez cet article.

À l’époque de Napoléon III, au XIXe siècle, Paris était rempli de rues étroites, sombres et sales, ce qui causait de nombreux problèmes à ses habitants, notamment sous forme d’épidémies. Inspiré par la modernité et l’organisation de Londres, Napoléon III chargea Georges-Eugène Haussmann, alors préfet de la Seine, du projet de réaménagement de la ville. Haussmann était connu pour être un fonctionnaire efficace et pragmatique – il aimait les lignes droites et l’ordre. Il n’était pas un architecte en soi, mais ses règles d’urbanisme ont fait de Paris la beauté éblouissante qu’elle est aujourd’hui. Dans son nouveau plan de ville, de nombreux boulevards traverseront le cœur de la ville, les bâtiments ne dépasseront pas six étages, proportionnellement à la largeur de la rue, et seront construits avec la même pierre pour créer une uniformité. En raison de ces règles, les architectes ont conçu ce que l’on appelle aujourd’hui des immeubles d’appartements de style haussmannien avec 9 caractéristiques.

Caractéristiques du style haussmannien

 

  1. Tous les bâtiments sont en pierre de taille : c’est une pierre de taille gris clair avec ses ornements décoratifs par excellence.
  2. Une porte cochère : beaucoup de ces bâtiments ont des portes cochères qui donnent sur une petite cour. Comme ils ont été construits au XIXe siècle, il était nécessaire que la noblesse puisse entrer dans leurs bâtiments avec une calèche.
  3. Pierres de garde à l’entrée : vous vous demandez peut-être ce que sont ces lourdes pierres brutes à l’entrée de ce type de bâtiments. Comme il était nécessaire de laisser entrer les voitures dans les cours, des pierres de garde ont été placées pour protéger les côtés des bâtiments.
  4. Le premier étage de tout bâtiment de style haussmannien est en fait un entresol : cela signifie qu’il n’est pas au rez-de-chaussée et n’a pas la même hauteur de plafond que les autres étages. Ce premier étage était principalement utilisé par les commerçants et les magasins.
  5. Le deuxième étage est le plus grand : appelé aussi étage noble, cet étage a les plafonds les plus hauts (3,2 mètres). De l’extérieur, vous remarquerez que l’étage noble possède de grands balcons et à l’intérieur, les moulures les plus ornées.
  6. Le deuxième étage était réservé à la noblesse : assez haut pour être à l’écart du grand public mais sans l’inconvénient de trop nombreuses volées d’escaliers, le deuxième étage est celui où vivaient les Parisiens les plus riches. Ce n’est que plus tard que des ascenseurs ont été installés pour améliorer l’accès aux étages supérieurs.
  7. Les 3ème et 4ème étages sont un peu moins grandioses : en montant dans le bâtiment, la hauteur des plafonds se réduit et l’architecture intérieure s’épanouit plus simplement.
  8. Le 6e étage était réservé aux domestiques : le grenier, ou chambre de bonne en français, était réservé aux bonnes et aux serviteurs du bâtiment. Aujourd’hui, ces appartements, bien que de taille plus modeste, sont convoités pour leur vue imprenable sur les toits de Paris.
  9. Les toits devaient être inclinés à 45 degrés : Le baron Haussmann voulait s’assurer que toutes les rues de la ville aient accès à un maximum d’ensoleillement, c’est pourquoi il a réglementé l’inclinaison des toits des immeubles.

 

Autres caractéristiques

Si l’intérieur de ces appartements peut différer d’un immeuble à l’autre, Haussmann a déclaré que leurs façades devaient suivre des directives strictes. Tous les appartements sont construits avec une pierre de couleur crème, le calcaire lutétien d’origine locale étant le plus répandu. Bien que leur hauteur varie de 12 à 20 mètres (39 à 66 pieds de haut), chaque bâtiment est proportionnel au boulevard et ne dépasse pas six étages. Ils sont également dotés de toits mansardés à quatre pans à forte pente. Enfin, les façades des appartements sont toutes stylistiquement similaires, selon un plan général étage par étage.

Bien que les conceptions exactes varient, la plupart des immeubles haussmanniens suivent un plan standard :

Le rez-de-chaussée a des plafonds hauts et des murs épais pour accueillir des magasins, des bureaux et d’autres entreprises.
Le premier étage, appelé « mezzanine », a des plafonds bas et est généralement utilisé par les entreprises pour le stockage.
Le deuxième étage, ou « étage noble », est traditionnellement l’appartement le plus recherché d’un immeuble, car il nécessite la montée la plus courte. Le deuxième étage possède un long balcon filant et des cadres de fenêtres magnifiquement travaillés.
Le troisième étage (et parfois le quatrième et le cinquième) ont des balcons plus petits et des fenêtres moins élaborées.
Pour ajouter de l’équilibre au bâtiment, le dernier étage comporte également un grand balcon filant. Cependant, comme ce niveau n’est pas « noble« , le balcon n’est pas décoré de façon complexe et les fenêtres sont identiques à celles des troisième et quatrième étages.
Le bâtiment est ensuite surmonté d’un toit mansardé, qui abrite de petites pièces mansardées (traditionnellement utilisées comme quartiers des domestiques) et des lucarnes.

Les Boulevards de Paris

Photo: Wikimedia Commons

Haussmann est choisi par l’Empereur pour diriger la conception et la construction de ce réseau de boulevards. Napoléon III espère que ces voies larges et ouvertes permettront « d’aérer, d’unifier et d’embellir » Paris, qui est encore principalement constitué de ruelles médiévales sombres et de passages étroits et sinueux. Bien qu’historique, Haussmann choisit de démolir un grand nombre de ces petites rues, ce qui aboutit à un événement controversé qu’on finira par qualifier de « vidage du vieux Paris ».

En 1859, Haussmann achève la grande croisée de Paris, un projet qui introduit une intersection majeure au centre de la ville. Outre la modernisation de la rue de Rivoli, de la rue Saint-Antoine, du boulevard de Strasbourg et du boulevard Sébastopol, qui restent aujourd’hui des voies de circulation très fréquentées, la construction de cette « grande croix » aboutit au réaménagement de plusieurs sites parisiens. Parmi ceux-ci, la place du Carrousel, une place publique adjacente au Louvre, les abords de l’Hôtel de Ville et la place du Châtelet, une place animée au centre de ce nouvel axe.

Après avoir construit la grande croisée de Paris, Haussmann a continué à construire boulevard après boulevard dans tout Paris. Outre leur caractère spacieux, un élément architectural rend les boulevards haussmanniens immédiatement reconnaissables : leurs immeubles d’habitation.