Réaliser des travaux de rénovation dans votre maison pour la rendre plus belle et confortable est tout à fait normal. Ce qu’on oublie en revanche, c’est qu’il est parfois nécessaire de prévenir son assureur afin de modifier les termes du contrat d’assurance habitation. En effet, si la rénovation modifie la surface de la maison ou certains équipements, vous pourriez ne pas être couvert en cas de sinistre si votre assureur n’avait pas été prévenu du changement.

Dans quelles circonstances faut-il prévenir son assurance habitation ?

Que ce soit pour les travaux intérieurs ou extérieurs, il est indispensable de signaler les extensions à votre assureur.

Il en va de même pour :

  • un aménagement qui modifie la surface de votre logement, de votre garage ou d’un sous-sol ;
  • l’installation d’une véranda ou de chambres sous les combles ;
  • la mise en place d’un poêle à bois ;
  • la division d’une grande pièce en deux plus petites ;
  • les rénovations énergétiques.

D’ailleurs, l’ajout d’une mezzanine peut faire objet d’une notification dans le cas où elle représenterait une vraie chambre à coucher. Vous pouvez simuler le coût de votre contrat d’assurance MRH Maaf afin d’anticiper ces changements après vos travaux de rénovation. Ils peuvent en effet modifier le métrage en loi Carrez de votre logement ainsi que sa valeur foncière, et donc, sa dénomination. Les travaux effectués dans votre résidence ont un impact important sur votre assurance habitation, un effet qui peut être négatif comme positif. Dans tous les cas, la déclaration de l’aménagement de votre maison est obligatoire, sinon, vous en subirez les conséquences financières.

assurance habitation

Les clauses et les garanties

Après la rénovation, vous disposez d’un délai de 15 jours pour actualiser votre dossier d’assurance. Une fois que la mise à jour de votre contrat a été réalisée, vous bénéficierez des mêmes avantages qu’autrefois. De plus, ce nouvel accord s’étendra sur toute votre maison, et donc sur les pièces et les espaces que vous aurez ajoutés. En cas de sinistre, vous aurez donc droit à une indemnisation effective. L’assurance habitation doit couvrir les incendies, les catastrophes naturelles, les dégâts engendrés par l’eau, etc. De même, elle prend en charge la responsabilité des membres de votre foyer en cas de dommages causés à des tiers. Pour finir, vous pouvez obtenir un bonus écologique si votre aménagement réduit les risques garantis par votre contrat.

Étant donné que vos travaux peuvent rendre votre résidence vulnérable, l’assureur peut refuser de prendre en compte les nouveaux risques. De même, il peut diminuer votre indemnisation en cas de sinistre si votre dossier n’a pas été mis à jour ou se désengager. Il peut aussi vous faire une offre plus chère : vous pouvez par exemple faire face à l’augmentation de votre prime en fonction des extensions apportées au logement. En tant que bénéficiaire, vous avez la possibilité d’accepter ou de rejeter cette proposition. Dans le premier cas, la compagnie vous enverra un avenant. Dans le second, le contrat est automatiquement résilié.

Il est nécessaire que vous contactiez votre assurance après avoir effectué des travaux d’extension dans votre habitation. Vous respecterez la loi et bénéficierez ainsi d’une indemnisation correcte après un sinistre.