Comment prendre soin des coquelicots dans votre jardin ?

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Coquelicot

Qu’ils soient annuels ou vivaces, les espèces et variétés de coquelicots subliment le jardin en été avec leurs fleurs en filigrane. Comment planter et entretenir correctement les coquelicots.

Origine

Le genre végétal coquelicot ou pavot (Papaver), qui comprend jusqu’à 120 espèces, appartient à la famille des pavots (Papaveraceae). Le nom générique Papaver est l’ancien nom latin de la plante. Il a été décrit pour la première fois par Carl von Linné en 1752. Le nom du genre dérive du mot latin « pappare », qui se traduit par « manger ». La raison de ce nom : les Romains donnaient à leurs enfants de la bouillie avec du jus de coquelicot pour les faire dormir. Le nom allemand « poppy » est issu de l’allemand moyen-haut « mahn » et remonte au mot germanique « magan ». Le coquelicot appelé aussi pavot est l’une des plus anciennes plantes cultivées et était déjà cultivé il y a plus de 5 000 ans.

Apparence et croissance

Les fleurs, qui apparaissent de mi-mai ou fin mai à début juillet selon les espèces et sont le plus souvent solitaires, sont hermaphrodites, possèdent un calice et une corolle. En général, les espèces ont quatre pétales, qui tombent lorsque la fleur s’ouvre. Les fleurs sont d’un rouge profond, rouge-orange, violet ou même rose et blanc, selon la variété. Les coquelicots forment des capsules partiellement ou totalement poilues, avec de nombreuses graines noires.

Localisation et sol

Les coquelicots préfèrent un endroit ensoleillé et chaud, avec un sol bien drainé et riche en nutriments, modérément sec et plutôt argileux.

Pouvez-vous planter des coquelicots dans le jardin ?

Le coquelicot ne pousse pas seulement en bordure du champ, c’est aussi une excellente plante pour le jardin. En plus de la forme sauvage à fleurs rouges, vous pouvez choisir parmi différentes formes colorées, avec des hauteurs de croissance allant d’environ 20 cm à plus d’un mètre.

Plantation

Vous pouvez semer directement les coquelicots en mars et avril, puis les espacer à une distance de 20 à 30 centimètres, selon la variété. Les semis d’automne permettent une floraison plus précoce. Vous pouvez enrichir le sol avec un peu de compost au préalable. Maintenez les graines uniformément humides après le semis.

Conseils de soins

En général, le coquelicot est une plante qui demande très peu d’entretien. Pendant les longues périodes de sécheresse, vous pouvez l’arroser régulièrement. En outre, vous devez régulièrement enlever les fleurs fanées – également pour éviter que certaines espèces ne s’auto-ensemencent. L’engrais n’est pas nécessaire, bien que les variétés de coquelicot turc se contentent d’une application de compost avant la floraison.

Avec quelles fleurs les associer ?

Le coquelicot de Turquie (Papaver orientale) peut être combiné à merveille avec des espèces qui fleurissent en même temps, comme la sauge violette de Steppes ou l’iris barbu.

Les fleurs rouge vif sont particulièrement belles lorsqu’elles sont semées sur une grande surface.

Multiplication

Les coquelicots sont plus susceptibles d’être multipliés par semis au printemps, bien que la plante s’auto-ensemence facilement. Certaines espèces peuvent également être propagées par bouturage de racines. Cette technique de propagation est principalement utilisée pour les variétés de pavot turc.

Maladies et parasites

Les maladies fongiques telles que le mildiou peuvent apparaître dans des endroits trop humides. Ce sont les seules maladies qui peuvent toucher le coquelicot qui est peu fragile.