Un conseil pour tous ceux qui redoutent les conversations politiques avec leur famille en cette période de vacances : Les arbres de Noël artificiels bénéficient d’un soutien bipartite. Dans un sondage de l’année dernière, 55 % des Français ont déclaré qu’ils installeraient un arbre artificiel. Une autre enquête indique que 81 % des arbres de Noël exposés cette année seront artificiels. La préférence des Français est donc claire, mais cela signifie-t-il qu’elle est juste ? 

« J‘ai grandi avec de vrais arbres et mon fiancé et moi achetons de vrais arbres chaque année parce que nous les aimons. Mais j’ai vu de beaux faux arbres et je me demande si c’est un meilleur choix« , dit Mélanie. « Je vais probablement continuer à acheter de vrais arbres à moins que je ne découvre que ce n’est vraiment pas bien. Mais ce serait bien d’en savoir plus sur l’impact de mon choix« .

Commençons par quelques éléments de base

Le coût d’un sapin artificiel peut aller d’environ 10 euros pour une petite décoration de comptoir, à bien plus de 1 000 euros pour la « Rolls des sapins de Noël » : un modèle de sept mètres et demi éclairé et télécommandé de la marque de luxe Balsam Hill.

Les sapins de Noël artificiels pré-éclairés sont 100% fabriqués en Chine. En fait, ils n’ont jamais été fabriqués en Europe et il s’agit d’un travail pratique qui prend deux ou trois heures.

Des machines moulent les extrémités des branches en plastique, qui sont ensuite fixées à la structure métallique selon un processus similaire au tissage de paniers. Il n’y a pas de raccourcis, les arbres moins chers que vous pourriez trouver dans un magasin à grande surface sont également faits à la main.

« Si l’on regarde les arbres que j’ai trouvés, il semble évident que beaucoup d’entre eux sont issus des mêmes moules – peut-être avec quelques modifications ici et là pour distinguer une marque d’une autre« , a déclaré Thomas.

Il est donc assez facile d’évaluer le coût monétaire et environnemental d’un arbre donné, a-t-il dit. Vous obtenez ce pour quoi vous payez : Plus de hauteur, plus de circonférence, plus de lumière et des extrémités de branches plus réalistes, tout cela se traduit par un prix plus élevé et plus de métal, de plastique, de cuivre et (parfois) de verre. La façon dont ces matériaux sont fusionnés rend le recyclage d’un arbre artificiel pratiquement impossible.

« Je pense qu’un sapin de Noël artificiel est un peu comme une boîte de jus de fruits du point de vue de la recyclabilité », a déclaré M. Henry. Vous ne pouvez pas facilement séparer les couches laminées de papier, de papier et de plastique, donc la boîte de jus de fruit finit à la poubelle. « Tous les matériaux du sapin de Noël sont recyclables. L’astuce est de savoir comment les désagréger les uns des autres ».

Balsam travaille sur un arbre plus recyclable depuis 2007, mais ils n’ont rien trouvé d’assez bon pour le commercialiser.

« Quand vous en aurez fini et que vous en aurez marre et que vous voudrez en acheter un nouveau, que ferez-vous ? Vous allez le jeter à la décharge. Il n’est pas biodégradable. Un vrai sapin de Noël l’est« , a déclaré Peter.

« Les arbres naturels, les arbres vivants ne sont pas une forme d’agriculture particulièrement intensive« , a déclaré M. Henry. « Ils ne sont pas très intensifs en pesticides, par exemple, ils fournissent dans une certaine mesure un habitat naturel« .

Les sapins peuvent pousser sur des terres vallonnées qui ne conviennent pas à l’agriculture et il leur faut environ dix ans pour atteindre leur hauteur idéale. Pendant ce temps, ils capturent le carbone et produisent de l’oxygène. Cette chronologie signifie également que l’industrie ressent toujours les effets de la récession alors que les usines chinoises se sont depuis lors remises sur pied. Le coût moyen d’un arbre vivant a légèrement augmenté l’année dernière pour atteindre 78 euros, mais qu’il y en avait assez pour tout le monde.

Pourtant, de nombreuses études sur l’impact environnemental des arbres de Noël ont été effectuées. La plus récente est exigeante, avec notamment des données spécifiques sur les émissions d’une grande usine chinoise d’arbres et sur le carburant consommé par les grands navires qui les transportent à travers l’océan. Elle tient également compte de toutes les étapes de la vie d’un vrai arbre « moyen », depuis le gaz utilisé pour déplacer les semis jusqu’à la ficelle qui maintient l’arbre en place, en passant par le paillage, l’incinération ou la mise en décharge.

L’élimination d’un vrai arbre fait une grande différence dans son empreinte carbone, comme l’ont constaté les auteurs de l’étude, alors que la fabrication d’un faux arbre a toujours un plus grand impact. Dans l’ensemble, l’étude a conclu qu’un arbre artificiel est en fait l’option la plus écologique si vous le gardez plus de cinq ans.

Le groupe des arboriculteurs est évidemment en désaccord avec ce résultat, et un expert forestier interrogé a déclaré que l’étude ne prenait pas en compte tous les avantages de l’arboriculture domestique, comme la stimulation de l’économie locale par les fermes forestières.

Il est évident qu’acheter un bel objet que vous pouvez réparer ou réutiliser au lieu de le remplacer est fondamental pour être un consommateur conscient de la Terre. C’est aussi vrai pour les arbres artificiels que pour les vêtements ou les guirlandes de Noël – une guirlande de LED ne s’abîme généralement pas si une ampoule se détache, et consomme globalement moins d’électricité.

En fin de compte, si vous êtes un vrai partisan de l’arbre ou un faux ménage de l’arbre qui se sent un peu coupable, M. Henry a dit qu’il est important de garder les choses en perspective.

« Ce sera probablement le plus gros et le plus évident morceau de plastique que vous achèterez jamais, n’est-ce pas ? Et il est là, dans votre salon, et vous vous dites : « Bon sang, est-ce que j’avais vraiment besoin de faire ça ? « Mais par rapport à la quantité de gaz que vous brûlez au cours d’une année, le type et le nombre de cadeaux que vous mettez sous le sapin… [ceux-ci] vont avoir un impact bien plus important. »