Le poste à soudure est sollicité dans différents domaines privés et professionnels. Il permet de réaliser différentes interventions, que ce soit pour une réparation, un entretien ou une fabrication. Il est principalement utilisé dans le travail de l’inox, de l’aluminium et dub fer. Pour mieux comprendre son fonctionnement et son utilisation, nous avons effectué un résumé sur l’usage et le principe de base de cet appareil.

Qu’est-ce qu’un poste à souder ?

Le poste à soudure est un matériel qui permet de réaliser un procédé de soudage à l’arc. Suite à une production importante de chaleur, celui-ci produit un arc électrique pour créer des points de soudure sur la surface à travailler. Ce résultat est le fruit d’un puissant courant électrique, qui est généré au niveau de l’appareil.

Quel est le principe de fonctionnement des postes à souder? Pour créer un arc électrique, un poste de soudage à l’arc a impérativement besoin d’une baguette à souder. Le courant va se mettre à circuler entre celle-ci et la pièce à souder. Ce qui aura pour résultat une fusion des 2 métaux. Ce résultat n’est possible que lorsque le poste de soudure atteint une température maximale avoisinant les 4000 °C et 4500 °C.

Les différents postes de soudage à l’arc

Il existe différents types de postes à soudure. Il y a le poste à souder avec électrode enrobée (MMA). Il est équipé d’une âme métallique, conductrice de courant. Son enrobage fond à haute température pour créer un laitier. Ce dernier s’enlève au marteau, une fois que la soudure est effectuée.

Puis, il y a le poste à souder semi-automatique ou MIG-MAG. C’est un modèle qui utilise un fil de soudure continu comme électrode. Il donne lieu à deux sortes de procédés de soudage. Il y a le soudage MIG qui se compose d’un fusible relié à un système qui émane du gaz inerte. Ce gaz est neutre et ne produit aucune réaction avec le métal fondu. Le deuxième procédé dégage du gaz actif, il s’agit de la soudure MAG. Ce procédé injecte continuellement du gaz au niveau de l’arc électrique.

Alimentation de l’appareil

Pour pouvoir utiliser un poste de soudage, il faut avoir un courant de secteur à votre disposition. Il est normalement alimenté par un courant électrique monophasé de 220 Volts ou triphasé de 380 Volts. Le type de courant disponible au moment des travaux définit en partie le modèle de poste à soudure à utiliser.

Un poste à souder de faible puissance ou monophasé peut être utilisé même avec un courant en dessous de 200 Volts. Un modèle triphasé aura besoin d’une puissance de courant supérieur au précédent.

Dans le cas où vous envisagez de connecter le poste de soudure à un groupe électrogène, il faut vérifier la puissance en kVA qu’il peut délivrer. Elle doit être 2 fois supérieure à la puissance délivrée par l’appareil de soudage.

Réalisation d’un soudage à l’arc

La lecture de la notice reste le premier geste à faire avant d’utiliser un poste de soudure. Elle renseigne sur le type de baguette à utiliser et l’intensité du courant à adopter. Il faut savoir que le diamètre du fil en métal de l’électrode définit l’intensité du courant électrique utilisé. À cela, s’ajoute l’épaisseur de la tôle à souder.

Par exemple, pour souder une tôle de 2 mm, il faut un fil d’électrode de 2 mm d’épaisseur également. La puissance du courant sera alors située entre 40 et 50 ampères.

Avant de vous mettre à l’action, il faut brancher l’un des câbles du poste à souder sur la pièce à assembler. Une pince ou prise de masse reliée directement à l’appareil est là pour cela. L’autre câble sera rattaché directement à la pince ou le porte-électrode.

Puis, vous passez au réglage de l’intensité du courant. Les indications détaillées pour cette manipulation se trouvent dans la notice. Pour vous protéger au moment de l’opération, il faudra porter des gants et des lunettes de protection aux vitres teintées.

Enfin, il ne reste plus qu’à placer la baguette près de la zone à fusionner. L’arc électrique fera directement son apparition lorsque vous activez le passage du courant ou du gaz à travers celui-ci.